Marie-Josée Roy
Il est toujours étonnant de constater la propension qu’ont les humains à vouloir tout séparer.
À tel point que, pour la majorité d’entre nous, tant dans notre vie intime que collective, la réalité du monde est composée d’une multitude de dualités. Mais si au lieu d’être une ou l’autre, tout était plutôt une et l’autre…

Éloge de la complexité,
Marie-Josée Roy est une artiste [particulièrement] intuitive qui s’exprime tant par la peinture que par la sculpture, avec le métal comme matériau de prédilection de l’une et l’autre de ces pratiques. Pour elle d’ailleurs, cette diversité est une unité et elle lui permet de boucler la boucle dans son processus créatif. Une approche nourrissant l’autre, une étant aussi l’autre, mais dans des réalités dimensionnelles différentes. Pour le reste, c’est le même élan, le même esprit. Non dissociable.

Peintures sur métal, sculptures en métal… Cette matière, elle l’a fait sienne. Riopelle disait que pour chasser l’orignal, il fallait devenir l’orignal. Marie-Josée Roy ressent le métal comme s’il était devenu une partie de son corps. Une seconde peau. Une armure.

Elle réussit à faire le trait d’union entre la technique, la matière, les outils et son monde intérieur, sa vie. Son propos est personnel, intime et pourtant universel parce qu’il témoigne de sa passion pour le métal, pour sa famille,. Il traite des rencontres, des départs, des difficultés à saisir, à se centrer. Il témoigne aussi de sa force créatrice, féminine, solitaire et universelle. Son expression est physique, et pas seulement parce que forger le métal demande de la force, elle est physique, point. Pas final cependant. Au contraire. Cela ouvre un grand pan sur sa personnalité et sur la nature intrinsèque de son expression.

Dans son langage spatial, on remarque depuis quelques années que ses sculptures prennent forme à travers des défis constamment renouvelés et par une approche de plus en plus complexe commandant une maîtrise technique toujours plus relevée et… beaucoup de visualisation. Car une des forces de Marie-Josée Roy réside principalement dans sa grande capacité d’observation et dans son esprit de synthèse prenant en charge tant le visible que le déductible. Si son processus passe par l’action, il n’en est pas moins aussi conceptuel. Cependant, chez elle, le concept prend naissance dans l’expérimentation et l’expérience, l’intuition faisant le reste.
Dans l’œuvre de Marie-Josée Roy, cela prend la dimension des possibles. Sa sculpture, notamment, se libère de sa forme conventionnelle, flotte dans l’espace en prenant son sens tant par les vides que les pleins, un étant à la fois l’autre. En somme une des grandes qualités de la démarche de Marie-Josée, et elle est majeure, c’est qu’elle ne définit pas la forme…

Les œuvres de Marie-Josée explorent une réalité esthétique et formelle encore peu connue. L’une de ses grandes qualités en ce sens est que justement elle ne joue pas le jeu de la dualité. Au contraire. Ce qui explique que sa matière chante!

monfolio.ca